Site icon NeuronUP France

Traitement de la schizophrénie : comment travailler la cognition sociale II

personne atteinte de schizophrénie

Programmes pour le traitement de la cognition sociale dans la schizophrénie

Au cours des dernières années, plusieurs programmes validés scientifiquement ont vu le jour, visant à traiter les déficits de la cognition sociale qui surviennent habituellement dans le cas de la schizophrénie. Dans ce deuxième article lié à ce sujet, vous en découvrirez quelques-uns.

Thérapie neuro-cognitive intégrée pour des patients atteints de schizophrénie

Selon Durá et al (2008), la Thérapie Neuro-cognitive Intégrée pour les patients avec schizophrénie (INT) (Roder et al, 2007) fonctionne de manière similaire à la Thérapie Psychologique intégrée (IPT) (Roder et al, 1996). Elle comporte deux grands modules, l’un sur la neuro-cognition et l’autre sur la cognition sociale. Les interventions à appliquer dans chaque module sont sélectionnées en fonction de l’évaluation individuelle réalisée. La difficulté et la charge émotionnelle augmentent au fur et à mesure que le programme progresse, tandis qu’une diminution progressive de la structuration se produit. En tant qu’aspect différentiel par rapport au TPI, le degré d’importance de l’activation émotionnelle et de l’auto-référence augmente progressivement, considérant la perspicacité comme une autre composante de la cognition sociale.

Plusieurs études récentes ont testé l’efficacité de cette thérapie. Par exemple : (De Mare et al, 2018 ; Mueller et al, 2017 ; Mueller, Schmidt et Roder, 2015)

Thérapie d’amélioration cognitive

Elle se compose d’une deuxième partie, la thérapie d’amélioration cognitive (CET) Hogarty et Flesher, 1999 ; Hogarty et Cols, 2004), qui traite de divers aspects de la cognition sociale. Dans la deuxième partie de l’intervention, les exercices sont réalisés en groupe et de manière structurée, à raison d’une heure et demie par semaine, pendant une période de cinquante-cinq à soixante semaines à laquelle il faut ajouter six semaines supplémentaires durant lesquelles la structure du plan s’estompe pour favoriser une finalisation progressive.

L’objectif de base est le développement des compétences cognitives et métacognitives nécessaires à une compréhension et gestion adéquates des situations sociales, ainsi que des problèmes issus de la vie quotidienne. Dans les exercices, des situations dérivées de la vie réelle des patients et qui sont soulevées comme problématiques par ces derniers. Chaque activité a plusieurs niveaux de participation, du niveau d’observateur à être un sujet central, ainsi que de multiples objectifs cognitifs qui vont du maintien de l’attention au développement d’une perspective adéquate de la pensée dans des situations sociales. Dans cette phase de l’entraînement, la participation active du patient est sollicitée par l’attribution de tâches, dont la révision et la discussion occupent généralement la première partie de la séance.

Différences entre IPT et CET

Selon Ruiz et al (2006), certaines différences entre IPT et CET résident dans les effets du traitement de la cognition sociale dans la schizophrénie. Dans le TPI, les effets du traitement sont supposés se produire de manière échelonnée. Les processus cognitifs moléculaires sont d’abord exercés, de sorte que ces processus moléculaires puissent ensuite augmenter l’acquisition de compétences molaires. Ainsi, le processus de rééducation passe de la formation des processus cognitifs de base, à des compétences sociales plus conventionnelles et à la solution des problèmes interpersonnels. De son côté, le CET est moins linéaire et échelonné. Dans des études contrôlées, l’IPT et le TSC se sont révélés efficaces pour améliorer le fonctionnement social (Hogarty et Flesher, 1999 ; Spaulding et al, 1999).

Enfin, il convient de noter que plusieurs études récentes corroborent l’efficacité du TSC. Par exemple : (Eack et al, 2015, 2016; Keshavan et al, 2017).

Entraînement à la cognition sociale et interaction

Selon Durá et al (2008), l’Entraînement en Cognition Sociale et Interaction (SCIT) (Penn et al, 2005) est l’un des programmes les plus récents, avec la Thérapie Neurocognitive Intégrée (INT), pour travailler sur la cognition sociale, se révélant être les deux plus complets à ce jour.

le SCIT est divisé en trois parties, chacune avec une série de sessions et de concepts sur lesquels travailler. Tout au long de l’entraînement, une multitude d’exercices sont effectués dans les séances et il est proposé d’effectuer des tâches en dehors des séances afin d’obtenir la généralisation. Ces parties sont les suivantes :

Différences entre SCIT, IPT et CET

Selon Ruiz et al (2006), il existe des différences entre SCITIPT et CET, puisque le premier programme est axé sur la cognition sociale, tandis que l’IPT et le CET sont plus larges puisqu’ils travaillent également sur la réhabilitation d’autres domaines cognitifs tels que l’attention ou mémoire. Par conséquent, ce sont également des programmes plus longs dans le temps.

À noter qu’il existe plusieurs études récentes qui continuent de corroborer l’efficacité de cette intervention. Par exemple : (Gordon et al, 2018 ; Hasson-Ohayon et al, 2019 ; Voutilainen et al, 2016).

Bibliographie

De Mare A., Cantarella M., et Galeoto G. (2018). Efficacité de la thérapie neurocognitive intégrée sur les troubles cognitifs et les résultats fonctionnels chez les patients atteints de schizophrénie en ambulatoire. Recherche et traitement de la schizophrénie, https://doi.org/10.1155/2018/2360697

Eack S. M., Hogarty S. S., Greenwald D. P., Litschge M. Y., McKnight S. A., Bangalore S. S., … et Cornelius J. R. (2015). Thérapie d’amélioration cognitive dans la schizophrénie d’abus de substances : résultats d’un essai de faisabilité de 18 mois. Recherche sur la schizophrénie, 161 (2-3), 478-483.

Eack S. M., Newhill C. E. et Keshavan M. S. (2016). La thérapie d’amélioration cognitive améliore la connectivité fonctionnelle à l’état de repos dans la schizophrénie précoce. Journal de la Society for Social Work and Research, 7 (2), 211-230.

Gordon A., Davis P. J., Patterson S., Pepping C. A., Scott J. G., Salter K., et Connell M. (2018). Une étude randomisée de la communauté de contrôle des listes d’attente sur la formation à la cognition sociale et à l’interaction pour les personnes atteintes de schizophrénie. British Journal of Clinical Psychology, 57 (1), 116-130

Hasson-Ohayon, I., Mashiach-Eizenberg, M., Lavi-Rotenberg, A., et Roe, D. (2019). Essai contrôlé randomisé de formation complémentaire en cognition sociale et interaction (SCIT), thérapie complémentaire ciblée sur l’alliance thérapeutique (TAFT) et traitement habituel chez les personnes atteintes de maladie mentale grave. Frontiers in Psychiatry, 10, 364.

Hogarty G.E. et Flesher S. (1999). Principes de pratique de la thérapie d’amélioration cognitive pour la schizophrénie. Bulletin de la schizophrénie, 25 (4), 693-708.

Hogarty G.E., Flesher S., Ulrich R., Carter M., Greenwald D., Pogue-Geile M., Kechavan M., Cooley S., DiBarry L., Garrett A. , Parepally H. et Zoretich R. (2004). Thérapie d’amélioration cognitive pour la schizophrénie. Archives General Psychiatry, 61, 866-876.

Keshavan M. S., Eack S. M., Prasad K. M., Haller C. S., et Cho R. Y. (2017). Étude d’imagerie cérébrale fonctionnelle longitudinale dans la schizophrénie précoce avant et après la thérapie d’amélioration cognitive. Neuroimage, 151, 55-64

Roder V., Brenner H.D., Hodel B. et Kienzle N. (1996). Thérapie intégrée pour la schizophrénie. Barcelone : ​​Ariel.

Plus de références sur le traitement de la cognition sociale dans la schizophrénie

Durá I. F., Ruiz J. C. R., Ferrer S. G., Boada M. J. S., et Vivo C. D. (2008). Schizophrénie : déficit de cognition sociale et programmes d’intervention. Informations psychologiques, (93), 53-64.

Lahera G., Benito A., Montes J. M., Fernandez-Liria A., Olbert C. M., et Penn D. L. (2013). Formation en cognition sociale et interaction (SCIT) pour les patients ambulatoires atteints de trouble bipolaire. Journal des troubles affectifs, 146 (1), 132-136.

Mueller D. R., Khalesi Z., Benzing V., Castiglione C. I., et Roder V. (2017). La thérapie neurocognitive intégrée (INT) réduit-elle les symptômes négatifs graves chez les patients atteints de schizophrénie en ambulatoire?. Recherche sur la schizophrénie, 188, 92-97.

Mueller D. R., Schmidt S. J., et Roder V. (2015). Essai contrôlé randomisé d’un an et suivi de la thérapie neurocognitive intégrée pour les patients atteints de schizophrénie en ambulatoire. Bulletin de schizophrénie, 41 (3), 604-616.

Ruiz J. C., García S., et Fuentes I. (2006). La pertinence de la cognition sociale dans la schizophrénie. Notes sur la psychologie, 24 (1-3), 137-155

Penn D. L., Roberts D. L., Munt E. D., Silverstein E., Jones N., et Sheitman B. (2005). Une étude pilote de la cognition sociale et de la formation d’interaction (SCIT) pour la schizophrénie. Recherche sur la schizophrénie, 80 (2-3), 357-359.

Roder V., Brenner H. D., Kienzle N. et Fuentes I. (2007) Thérapie psychologique intégrée de la schizophrénie. Grenade : Alboran.

Spaulding W.D., Reed D., Sullivan M., Richardson C. et Weiler M. (1999). Effets du traitement cognitif dans la réadaptation psychiatrique. Bulletin de schizophrénie, 25, 657-676.

Voutilainen G., Kouhia T., Roberts D. L., et Oksanen J. (2016). Formation à la cognition sociale et à l’interaction (SCIT) pour les adultes souffrant de troubles psychotiques : une étude de faisabilité en Finlande. Psychothérapie comportementale et cognitive, 44 (6), 711-716

Si vous avez aimé cet article sur le traitement de la cognition sociale dans la schizophrénie, vous pourriez aussi être intéressé par : 

Capacités sociales : définition, types et exemple d’activité

Les 7 clés pour maintenir une bonne santé mentale

L’hôpital Mont Sinaï a commencé une recherche avec NeuronUP sur les séquelles cognitives de la COVID-19

Quitter la version mobile